Au-delà des cours hebdomadaires, la CBAF se donne aussi pour mission d’aider les étudiants à poursuivre et approfondir leur connaissance de leur culture d’origine, et, parallèlement à leur cursus universitaire, structurer leur identité arménienne.

L’Arménien au Baccalauréat

Les lycéens qui ont choisi de présenter l’épreuve d’arménien au bac peuvent préparer dans les écoles hebdomadaires de la CBAF le programme fixé par l’Education Nationale. Et si autrefois, l’épreuve était uniquement orale et où parler correctement permettait d’obtenir des points, désormais, que ce soit en option, en Langue Vivante 1 ou Langue Vivante 2, il s’agit d’une épreuve écrite.

Cela nécessite une pratique de la langue qui ne s’acquiert pas en quelques mois, c’est pourquoi bien souvent, ceux qui choisissent cette épreuve sont déjà des élèves des écoles de la CBAF.

En outre, si beaucoup de lycéens passent l’Arménien au bac pour obtenir des points, pour certains ce choix s’inscrit aussi dans une démarche identitaire, pour témoigner de la permanence de leur langue maternelle, ce qui est l’une des priorités de la CBAF à travers ses écoles hebdomadaires, qui comptent chaque année sur la France entière une vingtaine de baccheliers.

Bourses

La CBAF étend son action à l'enseignement supérieur par l'attribution de bourses d'études annuelles. Les étudiants inscrits au moins en deuxième année du premier cycle universitaire, déposent leur demande en début d'année universitaire et les bourses sont attribuées début janvier après examen des dossiers.
>>> formulaire de demande de bourse


Semaine d’Etudes Arméniennes

Un projet d’université d’été…

Animée par la volonté de contribuer à la préservation et à la transmission du patrimoine culturel arménien, la CBAF souhaitait élever le niveau de connaissances de la jeune génération par un programme universitaire. Mais les nombreux problèmes financiers et d’organisation avaient toujours eu raison de sa réalisation.
En 2008, les fonds attribués par la Compagnie Axa en compensation des assurances-vie souscrites par des Arméniens en Turquie victimes du génocide ont permis à la CBAF la mise en oeuvre de ce projet.
Depuis 2010, la CBAF organise chaque année à Paris, avec le concours de l’INALCO, une semaine d'études arméniennes ouverte aux jeunes de 18 à 30 ans.
Les thèmes abordés, traités par des spécialistes, sont variés : Langue - Littérature - Histoire - Religion - Actualité - Géopolitique - Economie - Arts - Musique – Danse.
Les participants, venus de France et de l’étranger, sont hébergés à la Maison d’Arménie de la Cité Universitaire de Paris, où se déroulent également les conférences.